Sitges
Horaires et visite
La visite peut être effectuée le premier dimanche de chaque mois, minimum 5 personnes. Le prix de la visite comprend l’entrée au musée, les autres jours, l’entrée n’est pas comprise. Groupes (sans minimum) sur réservation. Tous les jours de la semaine avec choix de la langue, catalan, castillan, anglais ou français. L’entrée au musée est à part.
Information
Information et réservations : Par téléphone au 619 793 199, ou par courriel à l’adresse suivante : info@agisitges.com Information touristique : Patronat Municipal de Turisme de Sitges Information et réservations d’hôtels Oficina Oasis Sínia Morera, 1. 08870 Sitges Tél. : 938 944 251 / 938 945 004 - Fax : 938 944 305 Courriel : info@sitgestur.cat - www.sitgestur.cat Horaire : du 1er juillet au 30 septembre, du lundi au dimanche de 9 à 21 heures ; le reste de l’année, du lundi au vendredi, de 9 à 14 heures et de 16 à 18 heures 30. Oficina Maricel Fonollar, s/n - Tél./fax : 938 110 611 Horaire : du 1er juillet au 30 septembre, du lundi au dimanche de 10 à 13 heures et de 17 à 21 heures ; le reste de l’année, du mercredi au vendredi de 10 heures 30 à 13 heures 45 ; le samedi, de 11 à 14 heures et de 16 à 19 heures ; le dimanche, de 11 à 14 heures.
Comment y parvenir
En train : Depuis la gare de passeig de Gràcia ou Sants, ligne C 2 (St. Vicenç / Vilanova-Maçanet), direction St. Vicenç / Vilanova. Un train toutes les 15 minutes approximativement.
En autocar : Depuis la Ronda Universitat, 33. Toutes les heures. Compagnie Mon Bus, tél. : 938 937 060. En voiture : Autoroute à péage C-32 (tunnels du Garraf) ; voie rapide C-31 de Castelldefels puis route de la côte.

Remarques
Les horaires peuvent subir des variations, il est donc conseillé de les vérifier à l’avance.
Prix et remise
Adultes : 10,00 €

Étudiants et chômeurs : 5,00 €

Enfants jusqu’à 12 ans : gratuit.


Remise de la Route du Modernisme : 10 % sur le tarif des adultes.
Description
Conjointement au reste de la région, Sitges a vécu au XIXe siècle une époque prospère, pleine de changements sociaux, économiques, technologiques et culturels. L'arrivée du chemin de fer, l'exportation du vin outre-mer, l'aventure américaine, l'expansion urbanistique et le déploiement des styles architecturaux ont laissé une forte empreinte dans cette petite ville de la côte catalane. Sitges est devenue entre 1892 et 1899 un lieu de rencontre pour les artistes modernistes après l'arrivée de Santiago Rusiñol, en 1891. Celui-ci, attiré par les possibilités picturales de la ville, par ses habitants et par la communauté de peintres de l'école luministe qui s'y était déjà installée, décida à son tour de venir vivre à Sitges, et plus concrètement à Cau Ferrat. Accueilli par ces peintres, Rusiñol organisa les cinq fêtes modernistes qui ont réuni à Sitges les écrivains, les musiciens, les critiques, les sculpteurs et les peintres les plus importants de notre pays et qui ont fait de cette petite ville côtière « la Mecque du Modernisme ». Au cours de l'été 1892 s'est tenue à la mairie la première exposition de Beaux Arts, connue par la suite sous le nom de Primera Festa Modernista (Première Fête modernista). Dans cette exposition, on présentait des œuvres de nombreux artistes de Sitges, de Ramon Casas, d'Eliseu Meifrèn et de Santiago Rusiñol, lui-même, tous très représentatifs du mouvement modernista catalan. Con el afán de los modernistas por abrirse a Europa y a sus movimientos culturales, Avec le profond désir des artistes modernistes catalans de s'ouvrir à l'Europe et à ses mouvements culturels, Rusiñol et le groupe de la revue L'Avenç ont organisé la Segona Festa Modernista (Deuxième Fête modernista). Prenant comme référence le noyau belge et avec l'étroite collaboration d'Enric Morera, formé artistiquement à Bruxelles, ils mirent en scène, au théâtre du Casino Prado, l'œuvre du jeune auteur dramatique belge Maeterlinck, L'Intruse. La musique était aussi très présente lors de cette fête au cours de laquelle avait été organisé un concert de César Frank et d'Enric Morera lui-même. La Tercera Festa Modernista (Troisième Fête modernista), stimulée par la confiance dans le triomphe des idéaux modernistes catalans, a eu lieu en novembre 1894. Elle a eu un aspect très différent des deux autres. Les actes ont été les suivants : l'entrée des Grecos à Sitges, en procession, et l'inauguration officielle de la maison-atelier de Rusiñol, le Cau Ferrat. La procession, organisée par Rusiñol, était une démonstration de l'émotion que ressentaient le peintre et ses amis devant les œuvres de Domenico Theotokópulos, dit el Greco, et qu'ils souhaitaient manifester de manière publique. Ces deux tableaux, que Rusiñol avait achetés à Pau Bosch à Paris, se trouvent aujourd'hui au musée Cau Ferrat. Après l'inauguration de Cau Ferrat, les artistes avaient organisé un déjeuner dans un endroit proche, sur les rochers, à La Torreta, puis, après un discours de Rusiñol, ils ont entamé une sorte de concours littéraire au cours duquel le poète Joan Maragall, parmi d'autres, a déclamé ses fameuses Estrofes decadentistes qui ont été considérées par la suite comme le commencement d'un nouveau genre de poésie. La musique a été l'élément principal de la Quarta Festa Modernista (Quatrième Fête modernista) qui a eu lieu le 14 février 1897, et pour laquelle la scène a été à nouveau le Casino Prado. À l'entrée, présidait le portrait d'Enric Morera peint par Santiago Rusiñol. Les festivités ont commencé par un poème symphonique de Mercè Vidal, puis les Danses canadiennes de Paul Gibson, suivies d'un discours de Rusiñol faisant l'apologie de la musique modernista. La cérémonie s'est terminée par ce qui fut l'événement le plus important de cette fête, la première de l'opéra La fada (La fée), avec un livret de Jaume Massó i Torrents et une musique d'Enric Morera. En août 1899, la Cinquena Festa Modernista (Cinquième Fête modernista) a permis de mettre en scène deux œuvres originales d'Ignasi Iglésias, Lladres (Les voleurs), d'une part, et La reina del cor (La reine du cœur), de l'autre, ainsi qu'une de Santiago Rusiñol, L'alegria que passa (La joie qui passe). En outre, le pianiste Joaquim Nin interpréta des œuvres de Scarlatti, Grieg, Alió, Gay et Morera. Sitges au temps du Modernisme ou la Route Modernista La Route Modernista permet de découvrir l'empreinte que le Modernisme a laissée à Sitges grâce aux initiatives de Santiago Rusiñol i Prats (Barcelone, 1861 - Aranjuez, 1931) -l'un des plus importants représentants du Modernisme catalan- et sur les fortunes de ceux que l'on a appelés los americanos -des fils de Sitges qui revenaient des colonies espagnoles après s'y être enrichis- et qui devaient embellir les rues de la ville de leurs maisons d'esthétique modernista. La route commence à la gare, symbole de cette nouvelle ère de modernité du pays. Il se poursuit dans les rues du centre de la ville -carrer de l'Illa de Cuba et carrer Francesc Gumà- dans lesquelles on pourra découvrir les œuvres modernistes de certains des architectes les plus remarquables de l'époque, comme Gaietà Buïgas, et où l'on pourra admirer la décoration de certaines façades (travaux de fer forgé, céramiques, sgraffites, vitraux, etc.). La Casa Bonaventura Blay (1901), la Casa Manuel Planas (1908) et la Casa Pere Carreras (1906) constituent quelques exemples de ces œuvres. Dans tous les cas ou cela sera possible, on visitera l'intérieur du Teatre Prado, édifice modernista dans lequel ont été célébrées deux des fêtes organisées par Rusiñol à Sitges, et lieu de rencontre de nombreux artistes de cette tendance. La route se poursuit par la visite d'une cour intérieure bleue, unique exemple que l'on conserve des patios typiques de Sitges. Cette cour a servi de source d'inspiration à Rusiñol, qui non seulement lui a consacré quelques tableaux mais encore une pièce de théâtre intitulée El pati blau (Le patio bleu). Nous continuerons par le Cap de la Vila pour admirer une autre maison modernista, propriété de l'americano Bartomeu Carbonell i Mussons, et nous arriverons à la plaça de l'hôtel de ville. Sur cette place, on remarquera l'hôtel de ville lui-même, d'esthétique néogothique -très utilisée par les modernistes- et le marché, premier édifice modernista de la ville.

Agència de Promoció Turisme de Sitges.